41 commentaires

  1. Ephémère
    29 janvier 2011 @ 5 h 48 min

    Je pense que je suis en plein dedans… à 56 ans… mon mari et ma fille voudraient que je me soigne. Moi je veux bien pour qu’ils me fichent la paix.. pourquoi on devrait absolument être aux normes ? et puis d’abord c’est quoi les normes, par rapport à quoi, Etc.. je sais que je « débloque » de temps en temps excéssive, émotionnelle, réactions contraires, perte des valeurs.. s’il faut me « cataloguer » et me mettre dans une boîte. Ok je pense que c’est celle là.. n’empêche qui n’a pas eu des idées suicidaires ou qui n’a pas eu envie de faire l’amour comme jamais… qui à 56 ans ne veux pas vivre comme une « vieille ».. qui veut s’éclater.. je sais que parfois je suis dans l’extrême. OK je veux bien une thérapie.. pour comprendre pour les rassurer pour en finir.. si je regarde autour de moi, tous (la société) sont à ranger dans une catégorie de comportements plus ou moins anormaux… mais toujours par rapport à quoi ? pour moi c’est comme les sondages.. faut en prendre et en laisser.. Je me suis toujours dit que dans ma vie je veux de la fantaisie, apparemment elle dérange…

  2. jeliza
    8 mars 2011 @ 7 h 47 min

    personnellement j’en souffre depuis toujours mais je ne savais pas de quoi je souffrais.
    Aujourd’hui, je le sais mais personne ne semble pouvoir m’aider. Aucun thérapeute de la région semble qualifié.
    Tant mieux pour vous, Ephemere si vous avez pu construire votre vie, une famille, que vous êtes toujours mariée et heureuse, épanouie. Moi je vis dans l’angoisse, le stress, le débordement de mes émotions, l’incompréhension de moi même, je souffre de ne rien maitriser, je suis auto destructrice, j’ai tout pour réussir selon mon entourage mais j’ai 30 ans et pas d’avenir, pas d’enfant, pas de mari, ni même l’ombre de ça.
    Comme j’aimerais trouver quelqu’un pour m’aider à guérir…
    je pense que, comme tout trouble, il y a des nuances dans la puissance de ce dernier.
    Certains le vivent bien, comme vous, d’autre en meurt.

  3. Henri Labelle
    11 mars 2011 @ 22 h 21 min

    Bonjour, le trouble limite de la personnalité est effectivement un trouble complexe.

    Complexe à comprendre pour les personnes atteintes et leurs proches et complexe aussi, avouons-le, pour les thérapeutes qui veulent aider leurs patients.

    Or, il existe des approches qui apportent des résultats positifs! Je suis psychothérapeute et j’ai écrit un court article pour résumer le trouble limite. Vous pouvez le consulter ici: http://www.henrilabelle.com/uploads/tpl.pdf

    Je vous souhaite à tous de trouver l’aide adéquate et d’améliorer votre qualité de vie 🙂

    Henri Labelle

  4. danièle
    12 mars 2011 @ 9 h 03 min

    Je vais avoir 40 ans dans quelques mois et ma vie est un enfer enfin pour moi mais elle commence à l’être pour mon entourage, mes enfants..etc. Je ne maîtrise plus cette souffrance, cette douleur, ces pleurs, ces sauts d’humeur. J’ai un suivi psy depuis 10 ans maintenant suite à une TS. Après avoir essayé plusieurs traitements pour lesquels aucun n’ont été efficaces.
    Aujourd’hui je suis au bout du bout.
    Je n’ai pas de solution, il n’y en a pas!

  5. PATRICE
    10 avril 2011 @ 8 h 49 min

    bonjour a tous,

    moi aussi je corresponds à ce profil et lire la symptologie de mes troubles me permet une représentation plus préçises et de mieux me reconnaitre en tant que tel.

    le déficite narcissique (le manque de confiance en soi= s’avère soulagé )d’autres parts je souhaiterai partager mon expèrience de vie trés riche comme vous tous et avoir des amis pour renforcer l’acceptatition de ce type de pathologie qui peut par le même processus devenir non pas une souffrance mais une façon d’être différent… si vous avez envie écrivez moi sur [email protected] merci et bon courage a tous

  6. patrice
    10 avril 2011 @ 9 h 00 min

    ah une autre question que je voudrais poser au M.Label, n’y a t’il pas un trauma originel qui serait a lorigine de ce type de construction névrotique et de quelles façons peut on l’identifier et le traiter définitivement
    en se qui me concerne j’ai construit ma vie sur un paradoxe; l’instable qui se cherche constemment mais bon avec le temps je me calme, parceque il faut bien le dire j’en ai parfois marre de mes conneries!!!lol merci a vous

  7. fabienne
    25 avril 2011 @ 21 h 46 min

    bonjour,
    j’ai 25 ans, et depuis le debut de mon adolescence je vis au quotidien cette maladie. je suis diagnostiquee depuis un bon nombre d’annee et il me semble impossible de trouver l’aide adequate. c’est un trouble qui detruit ma ie au quotidien, qui me coupe de la realite et des autres a un te point qu’aujourdhui je me retrouve pratiquement sans famille et sans amis. je voudrais vraiment pouvoir trouver des gens qui en souffre et qui arrive a gerer et en parler.

  8. julien
    21 juin 2011 @ 17 h 26 min

  9. Amélie
    24 octobre 2011 @ 22 h 28 min

    Je souffre de ça.. mais quelquefois ça ressemble plus à des troubles bipolaires, j’ai des médicaments prescrits contre la dépression et les sautes d’humeur, je ne sais pas si je suis bipolaire ou si je souffre de troubles de personnalité :S

  10. vicky
    31 octobre 2011 @ 21 h 44 min

    bonjour, j’ai consulté un psy en 1999 pour la première fois et mon diagnostic étais dépression majeure, en 2005 le diagnostic a changé pour schizophrénie paranoïde et cette année il a changé pour borderline. et je suis convaincue que cette fois-ci c’est le bon, car c’est exactement moi. pendant des années j’ai consommer des drogues et de l’alcool de façon excessive qui m’ont menés a de sévères psychoses. aujourd’hui j’ai 2 ans d’abstinence à l’acool et aux drogues et enfin je commence à mieux me connaître et à m’ouvrir à travailler sur moi-même pour atténuer mes symptômes, c’est vraiment pas facile !!!

  11. m-christine
    10 novembre 2011 @ 16 h 13 min

    Je me suis fait diagnostiquer bipolaire voilà maintenant 1ans, prise de médicaments et mon états ne s’améliorait pas au contraire elle empirait…meme avec la prise de médication. J’ai vraiment« peter« ma coche au point de faire souffrir mes proches, m’automutilé a n’en faire des trous dans le mur, menace de suicide avec tout le plan préetablie dans ma tete, perte de poids ecsessif et parfois meme perte de la realité a ne plus ce souvenir…..j’ai du entrée d’urgence a l’hopital et ont a changer mon diagnostique…je suis TPL…depuis je suis suivi rigoureusement et je prends d’autres médicaments…enfin un médecin a trouver mon probleme…tout ca pour dire que les maladies mentals se rejoignent a un certain point, alors n’ayer pas peur de consulter différent psychiatre, vous ne vous en sentiré que beaucoup mieux et rassurer…oui cé une maladie mental et il faut la soigner avant qu’un geste regrétable n’arrive.

  12. Philip
    11 novembre 2011 @ 18 h 03 min

    Je crois que ma femme est borderline! Je ne suis plus capable de vivre avec elle mais je reste pour les enfant. Elle change humeur et a chaque foi l’orsque tout vas bien, suprenant mais c,est toujours de ma faute!Elle me parle comme un enfant, tu vas voir, pauvre petit gars!Etc je veux la quitter mais l’union est pour moi plus importante pour l’éducation des mes enfants. A l’aide je ne sait plus quoi faire pour l’aider a surmonter ses crisse.

  13. Paméla
    16 novembre 2011 @ 18 h 42 min

    Salut Philip,

    As-tu parlé à ta femme de ses crises? Elle pourrait consulter avec toi…un couple unis fait les efforts ensemble, elle doit te comprendre aussi et vouloir surmonter avec toi.Il n’y a aucune gêne à consulter un spécialiste au contraire, ils peuvent sauver des vies ou des familles.Par contre, ce qu’elle te dit ou fait correspond à de la psychologie inverse (manipulation) et tu ne dois pas plier au menaces ou au chantage émotif…Si tu ne l’aime plus c’est différent, il serait préférable de ne pas affecter TA santé mentale pour une union qui semble détruite et qui doit tout de même affecter les enfants.Ils pourront s’en sortir aussi(j’ai passé par là).Ça prend des expériences de vie pour comprendre et grandir.Si elle t’aime, elle voudra s’aider, mais si c’est toujours de ta fautes,tu devras lui faire comprendre autrement.

  14. chrisys
    29 novembre 2011 @ 17 h 39 min

    bonsoir , ayant longtemps cru que mon mari souffrait de dépression chronique , j ai plûtot l impression qu’ il est en réalité « borderline « …..il se dit lui même destructeur pour les autres et cette fois il a réussi a me faire péter les plombs a moi (nous avons deux enfants de huit et six ans ), séparés de par sa décision brutale du jour au lendemain sans rien de particulier entre deux , je cherche a comprendre ce comportement et tant d autres ….je ne peux me résoudre a dire que cela est juste de la méchancete car en treize ans je pense le connaitre un minimum.non pas pour sauver notre mariage qui cette fois tombe bel et bien a l eau , j aimerais comprendre pour tenter d avancer dans la vie ….aidez moi a comprendre svp

  15. marie
    4 décembre 2011 @ 3 h 37 min

    Je vis depuis 20 ans avec un mari colerique qui est presque 24/24 de tres mauvaise humeur. Il a occupe de hautes fonctions tres jeune mais aujourd hui il est seul et sans collegues ni amis. J attribue cela a son trouble de comportement. Il se plait a exercer son autorite sur ma fille et moi. Mon fils a commence avec soulagement sa premiere annee universitaire tres loin de nous. Il est souvent retranche dans un monde a lui et dit rarement la verite sur beaucoup de sujets. Je pense avoir plus pitie de lui qu autre chose car je sais qu il est malade meme si pour lui, c est moi qui suis malade. Existe t il un moyen de le sortir de la en sachant que il n est pas conscient de son etat.

  16. sandy
    29 décembre 2011 @ 22 h 30 min

    moi j`ai 16 et mon psychiatre ma imposer un diagnostique de trouble de la personnalié limite, sa fait déjà 4 ans. et je peux vous dire une chose la dernière chose que la na besoin ses de la pitier. moi sa me frustre que l`on me considaire <>. ont n`est pas malade on n`a de la difficulté a gerer non émotions ces tous. arrêter de mon prendre en pitié!!!!!!!!!!!!!!!!

    vous pouvez communique avec moi a l`adresse couriel: [email protected]

  17. Mishaw
    28 mai 2012 @ 16 h 46 min

    J’ai 65 ans et je viens d’apprendre il y a six mois que je suis « borderline ». Quand j’ai lu les symptômes, j’ai compris tout de suite cette réalité. Je vis très mal ce diagnostique. Je suis en thérapie actuellement. Je ne vois pas comment m’en sortir. La douleur c’est tout ce que je connais, quand on veut me sortir de ça, je panique. Je suis par moment anorexique, je me mutile, je me déteste, je ne sais pas à quoi ça sert de vivre. Je pense souvent au suicide. Je vis en couple et mon mari en a plein son chapeau de certaines de mes attitude. C’est difficile et pour lui et mon entourage et pour moi. Je ne vaut pas grand chose à mes yeux. Suis contente de ne pas être seule, même si ça ne me donne rien…

  18. Mathieu
    20 juin 2012 @ 10 h 24 min

    J’ai 34 ans et cette situation est véritablement un calvaire. On souffre sans répit, on se culpabilise parce que par voie de conséquence on fait souffrir ceux qui vous aiment.Le moindre évènement qui pourrait passer pour banal aux yeux du quidam peut avoir un réel impact sur notre état émotif.On a l’impression que la vie s’acharne, on cherche une cause rationnelle mais on se perd dans des suppositions sans fin et au final stériles.Des remises en question incessantes, toujours à chercher le pourquoi du comment.Perte de temps et d’énergie pour se retrouver sur le bas côté à voir passer le bus de la vie.On se dit qu’il y a pire ailleurs mais chacun gère sa souffrance à sa manière et il n’y a pas de gradation dans la douleur humaine.La société actuelle qui se déshumanise de plus en plus n’a que faire de gens comme nous, peut-être juste pour servir de cobayes aux laboratoires pharmaceutiques qui nous abîment les neurones et les organes avec leurs psychotropes.Je souhaiterais simplement que les incrédules et les moqueurs vivent ne serait-ce qu’un mois avec notre pathologie, histoire de se faire une idée réaliste de ce que nous endurons.Comme le disait plus haut Sandy, nous ne cherchons pas la pitié, nous aimerions simplement nous en sortir et trouver des solutions.Mon constat est certes amer mais il est sincère.Malgré cela, je vous souhaite à tous de vous en sortir du mieux possible pour votre bien-être moral personnel ainsi que pour vos proches.

  19. [email protected]
    10 juillet 2012 @ 8 h 47 min

    Bonjour à tous,

    Vos témoignages me donnent l’envie de m’exprimer à mon tour.
    Je n’ai pour ma part jamais été diagnostiquée « borderline ».
    Pourtant, je me retrouve dans un certain nombre de symptômes décrits.
    J’ai le sentiment d’avoir développé une hyper sensibilité, de me sentir vulnérable face aux situations nouvelles, à l’inconnu, à l’imprévu.
    Je manque de confiance en moi au point de douter trop souvent de mes capacités intellectuelles, relationnelles et d’adaptation à mon environnement ce qui équivaut pour moi à un véritable handicap.
    Mes remises en questions sont des freins à mon épanouissement, etc.
    Je pense avoir fait des progrès avec l’aide précieuse de médecins et de gens qui me sont chers et auprès desquels surtout je ne me suis jamais senti jugée.
    J’ai écarté parfois douloureusement d’autres personnes de ma route pour m’éviter des souffrances supplémentaires. J’ai certainement saboté de belles amitiés et relations familiales par honte de ce que je suis, par peur et par incapacité à maintenir un lien.
    J’aimerais échanger avec des personnes qui le souhaitent, en toute simplicité et dans le respect mutuel : [email protected]

    Merci de m’avoir lue,
    Energie positive à tous.

    [email protected]

  20. [email protected]
    10 juillet 2012 @ 8 h 52 min

  21. NADI
    17 juillet 2012 @ 21 h 41 min

    BONJOUR

    MOI JE SUIS DIAGNOSTIQUER BORDELINE DEPUIS RES DE 3 ANS MAIS LES PSYCHIATRES DISSENT QUE JAURAIS DEJA DU ETRE DIAGNOSTIQUER Y AS 15 ANS CAR JAVAIS LES MEMESSYMPTOMES QUAND ONT MA INTERNER 6 MOIS DANS UN AUTRE HOPITAL.

    JAI PASSEE 3 PSYCHIATRES CEST LES 2 DERNIERS QUI MON DIAGNOSTIQUER BORDELINE APPRES MON PSY ACTUELLE ET AVANT LUI J’EN AI PASSEE 5 AUTRES PSYCHOLOGUES LUI IL EST CLINICIEN ET CEST LUI QUI MA DIAGNOSTIQUER BORDERLINE CE QUE LES 2 PSYCHIATRES DE LA 2EME HOPITAL PSYCHIATRIQUE ONT CONFIRME.

    DEPUIS PRES DE 3 ANS JE SUIS SOUS MEDICATION SEROQUEL 300 MG ET TRAZEDONE 100MG PAR JOURS ET EN THERAPIE AVEC MON PSYCHOLOGUE DEPUIS PRES DE 3 ANS CEST LE 1ER QUI MA PAS ABANDONNER.

    ET DEPUIS PRES DE 1 ANS GRACE AS LUI ET LE SOUTIENT DE PLUSIEURS PERSONNES THERAPEUTES ET PSYCHOLOGUES ET AYANT UNE FORMATION DE RELATION D’AIDE JAI MONTER UN GROUPE DE SOUTIENT ICI : http://www.facebook.com/groups/176780672415355/

    SI VOUS VOULEZ PARLER MON MSN EST [email protected]

    NADIA

  22. Stephanie
    29 octobre 2012 @ 14 h 56 min

    Hello,

    je prends du biphentin pour un tda depuis 2 ans maintenant! Ca maide mais je suis toujours eee comment dire tres excentrique.. jai l’air tranquille et puis je suis en fait un vrai monstre!!!! up and down.. toujours. Artistique.. stressée et stressante.. etc. parfois envie de faire l’amour, toujours l,amour!!! et parfois envie de mourir car je blesse tellement de gens. parfois capable d’aimer 4 personnes en meme temps, tous d’une facon différente (wtf)… parfois capable de les faire sentir comme moins que rien. Parfois capable de réaliser mes reves les plus fous!! et de les voir échouer lamentablement… parfois en train de pleurer dans un coin seule et dengraisser.. parfois en train de prendre toutes sortes de drogues a ne plus en savoir qui je suis.. parfois en plein pelerinage et en cure … parfois en train de me faire vomir…mais toujours en train de foncer et d’aller de l,avant..
    je pense que l’important c’est de s’aimer, peu importe ce que les autres en pensent.. on a de la saveur, de la couleur.. c’est une chance! c’est dur mais ça n’a pas de prix. Ma vie n’est que changement oui.. elle manque de stabilité.. je ressens souvent un vide.. mais je me suis promis une chose; ne jamais mais jamais me faire de mal ou faire de mal aux autres, peu importe les pensées noires qui m’habitent. on peut tous s’en sortir. Il faut se conditionner et s’aimer.
    Bizou et bonne chance a vous tous, je vous le souhaite du fond du coeur, je sais tellement ce que vous vivez
    Steph, 25 ans depuis 2 semaines seulement

  23. Jessica
    30 novembre 2012 @ 7 h 05 min

    Bonjour

    Depuis longtemps je me suis rendu compte que je souffrais mais je ne savais pas de quoi.
    Mon concubin a remarqué certaine pathologie et fait des recherche, c’est là que j’ai su que j’avais cette maladie mais cela fait peu de temps que je le sais et donc la question maintenant est de savoir si je veux me faire aider ou non et je pense que pour ma vie de couple je vais entamer des procédures pour me faire aider.

  24. louki
    8 décembre 2012 @ 9 h 39 min

    16 ans
    la situation va-t-elle encore s’aggraver ,lorsque je prends de l’age?

  25. Marie
    14 décembre 2012 @ 6 h 02 min

    On dit qu’il y a que 2% de la population qui ont ça…et pourtant j’ai l’impression que pas mal de personnes en souffrent.
    C’est également mon cas.
    Enfin je crois.
    J’en sais rien à vrai dire…

  26. Pascou
    15 décembre 2012 @ 17 h 43 min

    PHILIP et au autres dans la meme situation de couple mal heureux !
    L’important pour les enfants ce n’est pas l’union de la mere et du pere …mais bien la facon qu’ils interagissent et l’amour que vous leur donner ….vous croyer vraiment pouvoir leur donner le meilleur de vous en etant aussi malheureux ? je suis dsl de vous dire ca comme ca mais ca n’a aucun sens

  27. marius29
    18 décembre 2012 @ 14 h 46 min

    Je crois croi que mon ami souffre et cette maladie et d’alccolisme. Il n’arrive pas à avancer dans la vie et je suis persuader qu’il veut le meilleur pour lui et moi. Il est touours près à aider ses amis à tus faire pour tout le monde pour se faire aimer et l’inverse se produit. Il ment, exagère souvent et se plein très souven. il a de la tension ce qui peut engendrer une AVC il est paniqué et à même dit qu’il avait pas pu venir travailler car il avait fait un AVC il ne supporte pas les conflits et le moindre petit probleme

  28. mymy
    20 janvier 2013 @ 15 h 43 min

    bonjour, je ne c’est pas si je suis borderline mais presque tout ce qui est noté me ressemble. j en suis a un point ou je n arrive plus à me supporter je ces plus sur qu elle pieds danser, un coup énerver après je pleur après je part dans une colère noir toute seul maintenant que jai des enfant je ne me fait plus de mal comme avant. se qui me fait peur c’est que defois je ne cest meme plus qui je suis!!! j ai l impression de devenir folles mon pauvre mari quoi qu il fasse je lui tombe dessus meme quand il fait les chose bien!!! j ai l impression que je m en sortirais jamais de cette colère de ces pleur de ce degout de se stresse!!!
    faut-il que j aille voir un médecin? je c est pas quoi faire mais il faut que je le fasse car je vais finir par craquer sa me fa tique tellement!!!

  29. linon
    9 février 2013 @ 23 h 13 min

    bonsoirs a tous ne soyers pas négatifs svp ,moi je ne comprennait pas la maladie ,quil m est arriver une tragédie cette été mon gendre quil n avait que 18 ans c est enlever la vie ,finallement apres quelques esseys il a finallement réusiis et il etait attaind de pers limite boder,,il avait une conjointe et un bébé de 2 mois quand on ne connait pas la maladie comme moi dans le temps apres savoir renseigner il est trop tard maintenant mais je sais beaucoup de chose a se propos .n attendait pas svp conjoint ou conjointe ne faite pas les meme herreur liser la maladie elle vous apportera tous se don vous avez besoins je vous le dit a bientot et pensser positif xx

  30. Doudou Bouh
    15 février 2013 @ 4 h 31 min

    Bonjour,
    Je me reconnais totalement dans ces symptômes.
    J’ai 22 ans et cela fait à peu près 1 an ou 2 que je suis comme ça.
    J’ai la joie de vivre et l’heure qui suit je me sens dépressive, je me vexe pour un rien.
    Ca fait quelques mois que je vis avec mon fiancé, et je vois très bien que je le fais souffrir. Il persiste à dire que je dis n’importe quoi quand je lui dis que j’ai un problème pour gérer mes émotions et que je devrais consulter. peut-être a-t-il peur de faire face à la réalité ? Pendant nos disputes je suis très agressive et autre (on va éviter de vous faire peur quand même, parce que des fois – souvent – je me fais peur moi même ^^).
    Bref, peut être suis je Borderline, peut etre autre chose… Ce que je sais, c’est que je ne supporte plus d’être comme ça. Mes émotions sont constamment amplifiées et ingérables, et je ne veux pas gâcher mon couple qui fonctionne si bien sans ses épisodes, ou ses crises je sais pas …
    je laisse mon mail si vous voulez discuter ou bien me conseiller 🙂
    [email protected]

  31. Mélissa
    27 avril 2013 @ 5 h 43 min

    Bonjour, j’ai lu dans l’article que ce trouble pouvait « se manifester dès le début de l’âge adulte » ou mais que « Des manifestations du trouble peuvent être présentes à l’adolescence. » J’ai 16 ans et demi, et je pense être en plein dedans (du moins j’éprouve chacun des symptôme, que ce soit les difficultés relationnelles ou l’instabilité émotionnelle en passant par un comportement autodestructeur tel que la prise de drogue et d’alcool ou la scarification..) Et cela me pourrit littéralement la vie. Lorsque je ne réussit pas quelque chose (par exemple réussir a conduire une voiture comme il faut) on pense que je n’ai pas envie, mes professeurs (bien que je sois première de ma classe..) me disent que j’ai du potentiel, mais que je ne m’en sert pas au maximum, mon moniteur d’auto-école, pareil, alors que j’ai l’impression de faire du mieux que je peux.. c’est assez déconcertant de s’entendre dire cela a longueur de temps.. C’est pareil chez moi, j’ai du mal a gérer mes émotions, et je m’emporte et me vexe pour un rien, c’est éprouvant pour mes parents et moi même car cela ne laisse aucune place au dialogue.. De plus je suis une anxieuse née, je fait une montagne d’un rien, ce qui n’arrange pas les choses.. En clair, je ne vois pas comment résoudre ce problème, car je ne peux pas aborder le sujet avec mes parents.. Je laisse mon mail si quelqu’un voudrait discuter, ou me donner quelques conseils pour gérer cela.. je vous en serais très reconnaissante –> [email protected] (ps : désolée pour la longueur du message)

  32. Claire
    1 mai 2013 @ 6 h 43 min

    Bonjour, je m’appelle Claire et je viens d’avoir 17 ans. Depuis que je suis toute petite, j’ai énormément de saute d’humeur. Je passe de la fille la plus heureuse au monde, à celle la plus triste. J’ai toujours été rabaissé par mon frère, mes soeurs et mes parents. Je n’ai jamais été à leur critère. Je n’étais jamais assez belle ou intelligente. J’ai beaucoup de mal à garder mes petits amis. La peur de me faire abandonner prend toute l’attention, je leurs supplie de jamais me laisser et ça par en engueulade. Je perds vite mes moyens, je ne me contrôle pas, je m’emporte vite, dans les mots et réaction. Je menace de me suicider et quand je vais pas bien je me mutile. J’hésite entre la bipolarité et le borderline. Aidez moi s’il vous plaît

  33. Henri Labelle
    10 décembre 2013 @ 13 h 43 min

    À Patrice:

    Il y a très souvent des traumatismes à l’enfance dans l’histoire de vie des personnes atteintes du trouble limite. Il est difficile de faire un lien direct mais le pourcentage de patients traumatisés est très élevé. Il faut aussi noter l’impact des micro-traumatismes répétitifs, c’est-à-dire des petits traumatismes qui sembleraient anodins pris individuellement, mais qui, au quotidien durant plusieurs années, créent des difficultés aussi importantes que pour les grands traumas.

    Sachez cependant qu’on considère les origines du TPL comme étant multifactorielles, c’est-à-dire qu’on remarque que d’avoir subi des traumatismes ou des abus n’est pas un lien de cause à effet direct vers le TPL. L’hérédité, le contexte familial, les variables développementales, etc. comptent pour beaucoup.

    Henri Labelle
    Travailleur social et Psychothérapeute

  34. amel
    20 mars 2014 @ 6 h 46 min

    j’ai 18ans, j’en souffre mais je n’arrive pas en parler je suis perdu et personne pour aider, comment surmonter ça toute seule??

  35. GENEVIEVE PLANTE
    31 mars 2014 @ 14 h 19 min

    JE SUIS UNE FEMME DE 38 ANS ET JE SAIS QUE J’AI UN TROUBLE DE PERSONNALITE
    LIMITE SEVERE DEPUIS QUE J’AI 21 ANS. RESULTAT DE L’EVALUATION DE MON PSYCHIATRE
    SPECIALISE DANS LE DOMAINE. MAIS JE SAVAIS DEPUIS TOUJOURS QU’IL Y AVAIT UN TRUC
    PAS NORMAL AVEC MOI.

    J’AI FAIS ENVIRON 10 ANS DE THERAPIE, CELA M’A AIDE, M’A DONNE LES OUTILS POUR
    REAGIR DE FACON PLUS NORMALE QU’AVANT. SAUF QUE CE N’EST PAS DU 100%.

    JE SOUHAITE BON COURAGE A TOUS, IL S’AGIT D’UN COMBAT D’UNE VIE ET IL Y AURA
    TOUJOURS DES JOURS DIFFICILES. TENEZ BON! JUNE

  36. Renée
    22 juin 2014 @ 6 h 58 min

    Bonjour, j’ai juste 19 ans, et je pense déjà en souffrir. J’ai de longs moments d’absence, où plus rien autour de moi ne semble exister, et j’ai de plus en plus d’excès…Toutes mes émotions sont disproportionnées, et pis encore, lorsque j’en ai parfaitement conscience je me déteste et tout devient encore plus intense…Personne n’arrive à me stabiliser, et les seuls moments où je suis calme et où je ne « chute » pas, c’est lorsque je suis coupée du monde, seule. C’est ennuyeux, surtout que j’ai de plus en plus de mal à me cerner, à comprendre mes réactions. Je me sais très différente des autres et je suis très facilement destabilisable. J’ai des pulsions violentes, et je suis de plus en plus instable. J’en viens à me faire peur, et ma personnalité diffère tellement avec celle des jeunes de mon âges que j’en deviens très solitaire. Je n’arrive pas à cacher mes troubles et ils effraient mes amis. Je ne réagis jamais normalement, et je me demande si ces troubles ont un lien avec ma vie familiale…Je suis dans une sorte de spirale où je m’enfonce de plus en plus, personne ne peux et n’aspire à m’aider, je n’arrive à rien toute seule, comment faire ?

  37. Renée
    22 juin 2014 @ 7 h 15 min

    Enfin voilà, il se trouve que je vis dans une famille où, si ils ne se sont pas pendus, les membres de cette famille sont pour certains bipolaires, pour d’autres cleptomanes, ou schizophrène ou encore pervers narcissique…J’ai toujours vécu avec eux, ce qui a rendu ma vision des choses trop subjective. J’ai grandis dans la peur de me faire frapper, dans l’incertitude et à l’état d’un pion qu’on gigote dans tous les sens. J’ai subis leurs maladies sans pour autant savoir qu’ils étaient malades. Petite, je suppose par instinct de « survie », je me suis détachée de mon père bipolaire et de ma mère perverse narcissique, et j’ai donné tout mon amour de petite fille à mon parrain. Puis il s’est suicidé, alors j’ai été anéantie, et j’ai eu une secousse. Je me suis rattachée à mon frère et en grandissant j’ai compris que mon contexte de vie n’était pas normal. Lorsque j’ai réalisé les maladies de mes proches, j’été déjà très différente. Différente d’eux, mais aussi différente des autres. A mesure que je devenais excessive dans mes réactions je me savais incomprise. Et tout me rendait morose, furieuse, et j’ai maintenant des réactions qui sont même pour moi complétements imprévisibles. Je ne sais pas comment faire pour stabiliser le fil sur lequel j’avance…

  38. Marie
    18 octobre 2014 @ 7 h 41 min

    j ai passé ces 30 derniers mois avec une personne Bordeline, je l ai perdue maintes et maintes fois, (nous ne vivons pas ensembles)et on ne pouvions pas nous voir le week end ce qui fragilisait notre relation,j ai appris à le connaitre et à prendre sur moi meme car je savais que finalement c est lui qui souffrait énormément,la derniere fois qu’il m a fermé les portes, j ai eu un moment de panique,car il était incapable de croire à mes explications, après avoir essayé renouer le dialogue,
    j ai fini par lui dire que je ne pouvais plus continuer que nous avions suffisament souffert .il me manque énormément et aujourd’hui je me demande si moi aussi je ne souffre pas du trouble limite, je suis une personne sensible qui n aime pas les conflits surtout avec mon employeur, j’ai la chance d avoir un entourage stable ou je me sens en sécurité, et d’être plutôt heureuse de vivre.je travaille depuis plus de 30 ans dans la meme entreprise, par manque de confiance en moi. cet ami bordeline à su me donner confiance en moi et j ai entrepris un long parcours qui devait me faire évoluer en passant pas une formation, aujourd’hui il n’est plus là et c’est comme s’il m’avait retiré la plume magique qui me permettait de voler,d’avancer, je suis perdue, triste et hypersensible et je n’ai plus confiance et n ai plus la force de continuer ce chemin, je me demande si une fois de plus je ne vais abandonner mes rêves pour rester dans la sécurité, de peur de tomber dans le vide.
    Quand j appelle des amis au téléphone qui restent sans réponse, je panique, je me sens abandonnée, nulle.
    j’ai toujours eu des moments ou je pouvais passer rapidement d un état d’excitation, d’être forte à celui de vide, et d’un sentiment de ne pas être capable, ce qui m’handicape pour aller au bout de mes projets.
    j ai passé mon enfance dans un climat tendu, avec un papa qui avait tantôt des phases dépressives et tantôt des phases d’excitations, il faisait souvent des séjours en hôpitaux psychiatriques. j’ai eu hate de grandir de fuir cette famille qui m a bien élévé comme on dit dans mon millieu , on ne parlait pas d’amour, et j ai aujourd’hui toujours besoin d’être rassurée.je peux aussi être dure et injuste avec mes proches.
    suis je Bordeline ?

  39. Marie
    18 octobre 2014 @ 8 h 10 min

    une précision, j’ai fait un travail sur moi même il y a 20 ans, avec un psychologue, cela m’a beaucoup aidé et à trouver un équilibre dans une vie stable avec des repères. j’ai toujours été à la recherche d’amour, ou d’admiration dans mes relations.j’ai eu des problèmes de poids dés l’enfance, j ai réussi à les régler il y a dix ans. j ai du mal dans le temps à garder des relations avec plusieurs personnes, je suis plus à l aise avec une seule personne, plutôt fusionnelle, et connait cette impression de vide lorsqu’elle s’éloigne ou de panique lorsqu’elle ne va pas bien.
    ces 30 derniers mois, j’ai eu beaucoup de bonheur mais mon environnement n’étant pas stable, j’ai passé différentes étapes de la joie à la tristesse, à l ‘impuissance de ne pouvoir rendre heureux cette personne malgré tout l amour et l attention que je lui portai. j ai l’impression d être perdue.et d’avoir perdu l’estime de moi en perdant cette personne.
    Merci de m’aider à comprendre

  40. Maiwenn
    25 avril 2015 @ 11 h 39 min

    Bonjour,j’ai 15 ans et je pense etre atteinte de cette maladie,j’ai une vie familiale assez compliquée et quand je leurs en est parlé mes parents m’ont ris au nez, disant que c’était n’importe quoi et que j’allais tres bien, pourtant ça fais presque 2 mois que cette idée continue de persister en moi,et que j’ai l’impression d’etre borderline depuis bien plus longtemps que cela sans m’etre réellement rendue compte. j’ai voulue a plusieurs reprises voir un psychiatre mais à chaque fois que mes parents m’en proposaient un à leurs tours, soit je disais « non » directement en partant et en m’énervant,sois je disais « oui » et le lendemain rechangeais d’avis, j’en ai parlé à mes amies, qui m’ont rit au nez elles aussi,me disant  » que j’allais bien » ou une amie m’a dis  » tu as surement une phobie scolaire et un probleme avec tes parents mais tu n’es pas borderline » ,j’ai effectivement l’impression de délirer, de m’inventer quelque chose, ma mere m’a dit  » tu dis ça pour que les autres s’intéresse a toi’ et pourtant non, je deviens de plus en plus asociale chaque jours, il ne me reste plus que 3 amies,j’en ai rejetés plusieurs car elles disaient du mal sur mon dos ,et concernant mes 3 autres amies, j’ai l’impression qu’elles se moque de moi par moment, qu’elles disent du mal sur moi, elles mêmes ne comprennent pas mon etat,et s’en moque.
    j’aimerais vraiment voir un psychiatre mais j’en ai une peur bleue,etre face à face,et en parler m’effraie terriblement,j’ai peur d’etre honteuse,que le psychiatre s’en moque ou encore qu’il ne comprenne pas mon probleme.puis si jamais il me dit  » vous etes borderline » j’aurai honte aupres des autres ,et une haine encore plus intense , et si il me dit  » vous n’etes pas borderline » j’aurai tout aussi honte d’avoir l’impression de m’etre inventer quelque chose aupres des autres. le fait que je passe d’euphorie a une devalorisation extreme de moi me destabilise enormement, mes professeurs me disent » est plus confiance en toi » pourtant cela me semble impossible, alors que par moment je me sens tellement bien que je réponds au professeur avec arrogance,ou par d’autre rougis juste en lui parlant .j’ai séché plusieurs cours de gym car je n’arrivais à rien , le fait que j’ai séché a créée chez mes anciennes amies des conflit , quand j’arrivais au college, elels souriaient et me disaient  » bah alors, c’est pas bien de secher les cours »sans me dire bonjour, et cette phrase m’a fait beaucoup de mal. puis le professeur a bien evidemment compris que je séchais, et m’a fais passer l’evaluation de gym devant tout le monde, et j’ai explosé en sanglots, il m’a demandé  » que ressends-tu? » et je lui ai réponds  » je ne sais pas » et depuis ce jour j’evite le professeur d’eps car je me sens tres mal a l’aise.deplus je sasi que tout le monde me deteste dans ma classe ,certaines m’ont « clasher » devant tout le monde disant  » non mais on est pas potes je t’aime pas » et le soir j’ai pleurer à ne pas reussir a m’arreter, et quand j’en parlais par sms a mes autres copines , elles ne ressentaient presque rien et s’en moquaient.

    aujourd’hui une haine immense est en moi, ainsi pour mes parents aussi, je passe souvent au mains avec ma mere,le fait qu’elle me traite souvent de monstre,que je suis ignoble parce que je vole souvent de la nourriture dans sa voiture et dans les placards ( je suis surement boulimique ) et mon père qui dis que je suis honteuse. mes parents se tapent dessus depuis que je suis toute petite,j’en garde d’horrible souvenir,j’en pleurais enormement,peut-etre que tout ça viens de là? et que je me dispute et passe aux mains avec mes parents n’arrange pas mon problème. je suis totalement perdu, je veux souvent me suicider,ça ne reste que des idées mais pourtant ça envahis mon quotidien,et par d’autres moments je me sens tellement bien que je vole certaines choses,je tombe amoureuses de 2 personnes en même temps alors que j’ai beaucoup de mal a aimer et me refuse a aimer dailleurs.

    pensez-vous que je serais sujette a ce trouble ?

    j’aurai encore beaucoup de choses a dire et certaines choses plus importantes peut-être et que je n’ai pas su citer ici, mais j’ai ecris un peu trop de choses x)

    merci a ceux et celles qui ont pris le temps de lire mon texte pleins de fautes!

  41. Villem...
    25 avril 2016 @ 12 h 07 min

    Bonjour a tous e bien moi j’ai 60 ans, l’horse de ma naissance je me suis présente par le siège, et mon cordon ombilical autour du coup j’ai manqué de l’oxygène, se qui a provoquer en Torre la dyslexie vous verre surement plusieurs faute que moi je ne discerne pas, au cour de mon primaire il a dégât 50 ans ,des coup de règle pour toute les faute que je fessait, ou déchiré un lobe d’oriel a 8 ans toujours à qu’ose des faute que je fessait. Dison que sa incite pas à avoir de la confiance en soi. Je me disais que l’horse que, quiterait l’école serait fini sa serait derrière moi et non sa continu sa colle après moi comme un hombre.
    Incompréhension, colère excessif, peur de tous angoisse ect ect a 24 ns j’ai voulu mettre fin à mes jour mes plu to un appel à l’aide un suivi d’un psychologue sur plusieurs année, mes j,aidu la consulte après un séparation, mes la de 15 a 20 ans on peut dire que jà prenait à vivre avec ans ,a tous les jour avoir le gout de me suicide , et très peu d’auto mutilation ,mais tout de même un peux des brulure le plus souvent , et il a un mois rechute nouvelle tentatives de suicide ma vie fait avec un petit château de carte est à recommencer, je suis présentement entoure de plusieurs professionnel avec des solution l’un meilleur que l’autre. Pour faire tenir mon petit château de carte pour que je me sente a labri et en sécurité.la seul certitude que j’ai
    Des que l’on nais on vas mourir un jour ou l’autre signer d’un bon vieux TPL voi la merci de ma voir lu

Répondre

Retour vers le haut